L’Intersyndicale écrit à la Présidente de la Commission européenne.

Les quatre fédérations syndicales CGT – CFE-CGC – CFDT – FO interpellent la Présidente de la Commission européenne sur l’avenir d’EDF

Dans leur Communiqué de Presse du 19 novembre, les quatre fédérations syndicales la FCE-CFDT, CFE-CGC Énergies, FNME-CGT et la FNEM-FO indiquent avoir écrit un courrier à la Présidente de la Commission européenne sur l’avenir d’EDF pour lui faire part  de leur opposition catégorique au projet Hercule visant à démanteler EDF . Elles demandent à la rencontrer au plus vite pour lui faire part de leur vision quant à l’avenir d’EDF et des filières industrielles du nucléaire et de l’hydraulique,  au service de la politique énergétique de l’Europe, de sa neutralité carbone et de sa souveraineté.

“Mobilisées depuis plus d’un an sur l’avenir d’EDF, les fédérations syndicales représentatives Mines-Énergies CGT, CFE-CGC Énergies, FCE-CFDT et FO Énergie et Mines viennent d’écrire à la Présidente de la Commission européenne pour demander à la rencontrer sur l’avenir d’EDF.

Forte de la mobilisation des salariés et parce que l’électricité est plus que jamais le premier vecteur d’une société européenne bas carbone, socialement responsable, guidée par l’impératif industriel, souveraine et inclusive, l’interfédérale alerte la Commission européenne sur la situation d’EDF pour lui faire part de sa vision quant à l’avenir de l’entreprise et au rôle central qu’elle doit jouer dans la politique énergétique et climatique de l’Europe.

Face à la crise que nous traversons, ce ne sont ni la dérégulation ni les subventions aux énergies nouvelles qui doivent guider le système électrique, mais le retour à un cadre économique guidé par la gestion des biens communs. Les fondamentaux particuliers de l’électricité obligent à penser cette énergie dans le cadre d’une approche systémique, planifiée et de long terme. On répondra à tous les enjeux européens portés par l’électricité qu’à travers une vision intégrée et maîtrisée du système électrique. Cette vision est la seule à pouvoir en assurer l’optimisation technique et économique et la sécurité électriques des Européens.

Dans ce contexte, l’interfédérale a indiqué à la Commission européenne son opposition catégorique au projet Hercule visant à démanteler EDF. Projet purement financier bâti en catimini, inspiré des banques d’affaires, sans aucune vision stratégique mais défendu par le Gouvernement français, Hercule conduira de fait à la désintégration d’EDF et à la fin de la vision intégrée de l’électricité qui pourtant est la seule à répondre aux défis auxquels l’Europe est confrontée. Ce n’est pas en le démantelant par le biais du projet Hercule que le Groupe EDF sera en mesure de pleinement jouer son rôle au service des enjeux climatiques, énergétiques, humains et industriels de l’Europe.

Assurer la sécurité énergétique de l’Europe, participer à la relance de l’économie européenne et à la relocalisation de son industrie, garantir la souveraineté énergétique et industrielle de notre continent, et être plus que jamais à la pointe du combat climatique au service de l’intérêt général, c’est pour l’interfédérale la véritable raison d’être des énergéticiens européens et en particulier du Groupe EDF.”

Retrouver le courrier intersyndical adressé à Madame Ursula VON DER LEYEN

CFE Energies

GRATUIT
VOIR