OUI à un service public de l’électricité

Journée d’action du 26 novembre 2020

La casse d’EDF s’accélère ! Une menace pour le service public, les salariés et les citoyens français contre laquelle nous devons de nouveau lutter !

Sur fond de révision de l’AReNH (Accès Régulé à l’électricité Nucléaire Historique), c’est bien le dossier « Hercule » qui réoccupe la scène médiatique.

Une refonte complète du dispositif scélérat de l’AReNH, créé par la loi NOME de 2010, devrait constituer une bonne nouvelle, tant ses effets ont été et demeurent néfastes pour le groupe EDF et le service public de l’électricité !

Pour autant, les arrangements que l’État français négocie actuellement avec la Commission Européenne sont inacceptables : c’est la désintégration totale du groupe EDF qui est visée dans cette négociation, et « Hercule » en est le produit aussi final que funeste !

Le projet de démantèlement Hercule ne résoudra aucunement les problèmes d’EDF dont l’État est lourdement responsable, ni les effets de la dérégulation du marché de l’électricité. C’est tout le contraire !

EDF est un modèle d’entreprise industrielle de service public qui a su démontrer à travers ses agents un professionnalisme salué par les citoyens, y compris en cas de coups durs… le maintien de la fourniture d’électricité au printemps comme lors de ce nouveau confinement en est une nouvelle preuve.

Les salariés d’EDF répondent présents, comme ils l’ont fait de tout temps, car ils ont le service public chevillé au corps !

Les concurrents d’EDF, eux, comme en mars, ne chercheront ils pas qu’à se faire encore plus d’argent grâce à l’AReNH et à la surproduction d’énergies renouvelables subventionnées ?

Avec un service public fragilisé et à la veille d’un hiver à hauts risques électriques, le risque est grand pour les citoyens de connaître des coupures longues et une augmentation importante des factures d’électricité dans les prochaines années. Indirectement se jouera aussi l’avenir du statut national du personnel des Industries Électriques et Gazières.

Cette folie de libéraliser à marche forcée le marché de l’électricité doit cesser, tant le bilan est désastreux sur tous les plans ! Il est tout aussi urgent que l’État Français arrête de vouloir casser le formidable atout qu’est le groupe EDF en se cachant derrière les négociations qu’il mène avec la Commission Européenne.

Les salariés d’EDF ne laisseront pas faire la casse
et sauront se mobiliser massivement comme ils l’ont fait à l’automne 2019.

Le 26 novembre 2020, toutes et tous concernés pour refuser le projet Hercule et la désintégration d’EDF

Oui à un service public de l’électricité

CFE Energies

GRATUIT
VOIR