L’importance du gaz dans la transition bas carbone

Le lancement du Jacques Saadé confirme le rôle du gaz dans la transition bas carbone

En rejoignant la flotte de la CMA-CGM, le porte-conteneurs Jacques Saadé est la démonstration que la propulsion au gaz naturel liquéfié engage le transport maritime sur la voie de la décarbonation. L’Alliance CFE UNSA Énergies y voit la confirmation que le gaz est un atout pour réussir la transition énergétique bas carbone.

Le spécialiste français du transport maritime CMA-CGM, fort d’une flotte de 502 navires à travers le monde, vient d’accueillir le Jacques Saadé, un des plus grands porte-conteneurs au monde. L’Alliance CFE UNSA Énergies salue cette avancée majeure car la propulsion de ce géant des mers est assurée par le gaz naturel liquéfié (GNL), réduisant de manière significative les émissions de CO2 mais aussi les autres émissions polluantes. Fruit de sept années de recherche, cette avancée symbolise aussi la capacité de la France à développer une filière industrielle d’excellence.

Parce que le transport est un des deux secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre et parce que le trafic maritime représente 80 à 90 % du commerce de marchandises dans le monde en termes de volume, l’utilisation du gaz naturel y est un atout déterminant pour décarboner ce secteur fortement émissif et donc contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique

L’Alliance CFE UNSA Énergies n’a de cesse d’affirmer que le défi climatique impose de ne se priver d’aucune solution de décarbonation, voyant dans les industries électriques et gazières la clef française de ce défi. Elle voit dans le Jacques Saadé la preuve que le gaz est bien un atout pour réussir la transition énergétique bas carbone et un parfait outil de remplacement des énergies très carbonées et fortement génératrices d’émissions polluantes.

Ce rôle de transition du gaz est d’ailleurs porté par une Directive Européenne sur le transport maritime et fluvial et défendu par les pays qui, comme la Pologne, le considèrent comme le premier vecteur permettant de sortir du charbon, énergie très carbonée. Dès lors, l’Alliance CFE UNSA Énergies considère que le développement des infrastructures de GNL carburant marin et fluvial, permettra de concourir à l’amélioration de la compétitivité des infrastructures portuaires françaises face à une concurrence étrangère toujours plus vive.

Plus largement, et à l’unisson de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) qui estimait en mars 2020 que « les gouvernements qui cherchent à accélérer leurs transitions vers des énergies propres ne devraient pas oublier l’importance des gaz faiblement carbonés », l’Alliance CFE UNSA Énergies défend tout autant l’importance de soutenir le développement des gaz renouvelables et la pleine utilisation des infrastructures gazières pour réussir la neutralité carbone.

Téléchargez le document

CFE Energies

GRATUIT
VOIR