L’ #AReNH EDF et le boulanger pigeonné.

Une petite histoire illustrant, pour ceux qui ne connaissent pas, le mécanisme de l’ARENH (Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique) mis en place depuis plus de 15 ans. Ce dispositif est là pour alimenter en énergie nucléaire les fournisseurs alternatifs.
#EDF ou le boulanger pigeonné…
J’habite un petit village frontalier de l’Allemagne. Dans ce village, il n’y a qu’une seule boulangerie où tout est fait maison. Je le sais car le boulanger est mon ami, c’est M. Edèphe. L’autre boulangerie la plus proche se situe dans le village voisin, en Allemagne, mais le pain n’y est vraiment pas terrible et 2 fois plus cher que celui de mon village.
Pourtant, le Maire de mon village M. Merkel, qui est contre le monopole, aimerait qu’un autre boulanger s’installe dans le village pour qu’une concurrence se crée et espère ainsi faire baisser globalement le prix du pain dans le village. Nous y gagnerions donc en pouvoir d’achat. Du moins, nous l’a-t-il vendu comme ça lors du conseil municipal et nous lui faisons entièrement confiance à ce sujet.
Une personne serait intéressée pour construire une nouvelle boulangerie, M. Totali (un chic type); mais par manque de moyens financiers le projet tombe à l’eau. Le maire décide donc pour donner un coup de pouce à cet éventuel investisseur, et pour le bien de sa commune, de prendre un arrêté qui contraint la boulangerie Edèphe à céder au nouveau ‘’boulanger’’ 1/4 de sa production à prix coûtant, le temps que celui-ci puisse construire sa propre boulangerie…
En attendant, ce nouveau concurrent, construit à la hâte un simple point de vente, pour le reste il verra plus tard…
Le point de vente ‘’Totali’’ voit donc le jour. De nombreux habitants y vont. Le pain est aussi bon, voire meilleur; mais il est aussi 10 % moins cher qu’à la boulangerie ‘’Edèphe’’. Le point de vente connaît donc un franc succès et tout le monde est ravi. Les années passent, et M. Totali n’a toujours pas investi dans des machines ni recruté de personnel. 15 ans plus tard, les machines de la boulangerie Edèphe se font vieilles, il faut donc faire une grosse maintenance dessus, ce qui va demander un fort investissement. Le problème, c’est qu’à force de se faire plumer par M Totali, M. Edèphe n’a plus une grosse trésorerie. Il doit gérer l’approvisionnement en matière première, les charges salariales, l’entretien des machines…etc.
En outre, de plus en plus de monde devient client chez Totali; forcément le pain y est aussi bon mais surtout 10 % moins cher. Tant et si bien que le 1/4 de la production de la boulangerie Edèphe ne suffit plus pour alimenter le point de vente Totali.
M. Totali décide donc de se plaindre au maire. Ce dernier est, à l’heure où je vous parle, en train de se pencher sur un nouvel arrêté qui obligerait la boulangerie Edèphe à céder au point de vente Totali 1/3 de sa production, et toujours à prix coûtant. Tout ça bien sûr, pour le bien de tous…
La situation est devenue au final tellement critique pour la boulangerie Edèphe, qu’elle a préféré mettre la clé sous la porte, M. Totali fit de même, n’ayant plus de pain à vendre, mais il s’en fiche un peu, car nous avons appris qu’il avait plusieurs autres commerces bien rentables dans la région…
La finalité, c’est que maintenant, on doit tous aller acheter notre pain en Allemagne, il est “dégueu” et 2 fois plus cher. La plupart de mes voisins sont persuadés que la boulangerie Edèphe a fait faillite car le patron vendait à ses employés du pain pour 10 % de son prix de vente normal au lieu de leur donner une prime de participation, avantage en nature qu’ils déclaraient aux impôts…
La vraie question, c’est : qui a gagné quoi dans cette affaire ???
Cela vous semble farfelu ou complètement injuste ? Et bien c’est ce qui se passe dans ce beau pays depuis 15 ans…