Hercule, résultats de la mobilisation du 19 janvier dans le Groupe EDF

Un Président sourd à l’appel des salariés malgré des pourcentages éloquents des grévistes !

32,50 % de grévistes à EDF SA

31,70 % chez Enedis

17,76 % chez RTE

Ce mardi 19 janvier 2021, 4ème journée de mobilisation contre le projet Hercule : près du tiers des salariés grévistes  et une intersyndicale qui ne faiblit pas ! C’est donc un corps social extraordinairement uni et solidaire qui s’oppose à un diktat pour lequel aucun débat n’est accepté. En mode apprenti-sorcier, le Président apparaît étonnamment optimiste  face à un risque de rupture du dialogue social.

Comment rationnellement expliquer un tel mutisme au  quotidien ?

En véritable déserteur du dialogue social, la présidence d’EDF s’obstine et fait son « QUOTIDIEN » sur les plateaux télé, laissant penser que tout va pour le mieux. Le lendemain, un tiers de l’effectif ose afficher ouvertement son opposition au projet Hercule. En participant massivement aux différentes webconférences organisées par les Organisations Syndicales (OS), les salariés ont bien compris qu’il existait des alternatives sérieuses et réfléchies à ce projet. Ils se sont donc à nouveau fortement mobilisés aujourd’hui pour rappeler la nécessité d’un débat « cartes sur table ». 

« Monsieur le Président, vous pouvez encore sauver votre Groupe ! »

Tout peut encore évoluer si vous acceptez l’échange et le dialogue. Sortons tous dignement de ce conflit : annoncez le retrait d’HERCULE et discutons ouvertement des problèmes structurels de l’entreprise et des solutions pour les résoudre. Par son histoire et sa culture, EDF a toujours su écouter et avancer avec son corps social ! Ne gravez pas dans votre histoire la mort d’un groupe dont vous vantiez hier soir encore à la télévision les vertus de son modèle intégré qui a contribué à la grandeur et à l’indépendance énergétique de la France.

Et maintenant ?

La responsabilité de la poursuite du mouvement revient à la présidence de l’entreprise. L’intersyndicale maintient le boycott de toutes les instances de dialogue social qui ne seraient pas prioritaires à la défense de l’intérêt des salariés. Au-delà des frontières de l’entreprise, les politiques de tous bords et de tous les échelons territoriaux s’associent à la mobilisation pour dénoncer la dangerosité de ce projet. La mobilisation n’a pas encore permis d’obtenir le retrait de ce funeste projet, mais elle a largement contribué à le faire reculer. Avec l’intersyndicale, l’Alliance CFE UNSA Energies continuera d’œuvrer pour assurer au Groupe EDF l’avenir qu’il mérite, et à la France la préservation de son service public de l’électricité.

L’Alliance CFE UNSA Énergies reste déterminée
et en appelle à l’intelligence collective pour ne pas entraîner l’entreprise
vers une désintégration programmée.

 

Téléchargez les résultats d’EDF SA

Téléchargez les résultats d’Enedis

 

CFE Energies

GRATUIT
VOIR