EDF renonce au projet Ecocombust

La décision du groupe EDF est tombée brutalement la semaine dernière : le projet Ecocombust sur le site de Cordemais ne se fera pas pour des raisons économiques et industrielles. Un moment important dans l’histoire de la centrale thermique et dans la vie des salariés, accueilli avec un fort sentiment d’injustice.  

L’histoire retiendra que c’est EDF qui a décidé, pour des raisons économiques et industrielles, de ne pas lancer le projet Ecocombust.

Même si le financement du projet représente une part infime des investissements industriels d’EDF, y compris à l’international, le groupe considère qu’il n’y a pas de débouchés pour les pellets après 2026, et que le désistement de Suez il y a quelques semaines rend impossible la mise en service d’Ecocombust avant 2024, limitant son intérêt environnemental pour la production d’électricité de la centrale thermique de Cordemais.

Cette décision brutale est tout d’abord douloureuse pour l’ensemble des salariés, qui se sont investis pour proposer une alternative crédible au charbon, s’inscrivant dans la transition énergétique décrêtée par le Gouvernement.

Elle est également dommageable pour notre planète, puisque les 10 millions de tonnes de charbon brûlées chaque année en dehors de la production d’électricité contribueront durablement au déréglement de notre climat, faute d’alternative…

L’Alliance CFE UNSA Energies continuera à se mobiliser, comme pour le projet Ecocombust, pour assurer un avenir industriel au site de Cordemais et à l’ensemble des salariés et prestataires qui contribuent depuis des années à la sécurisation de l’alimentation électrique de l’Ouest.

L’aventure ne peut pas s’arrêter aujourd’hui, EDF ne peut pas se contenter d’annoncer l’abandon d’un projet porté par les salariés sans venir avec une alternative au moins aussi ambitieuse et pertinente sur les plans techniques, environnementaux et sociaux. L’Alliance CFE UNSA Energies y veillera.

Téléchargez le document

CFE Energies

GRATUIT
VOIR