Des mesures immédiates pour EDF

Les députés de l’opposition parlementaire et l’interfédérale réaffirment leur avis unanime vis-à- vis du flou qui entoure le projet de transformation d’EDF du Gouvernement et demandent des mesures d’urgence pour assurer l’avenir du service public de l’électricité.

[…]

Nous ne sommes pas dupes du changement de nom qui consisterait, sur la forme, à ne plus intituler ce projet « Hercule ». En effet, ses contours restent inchangés malgré des rencontres où les organisations syndicales comme les députés ont pourtant porté des questions majeures restées sans réponse. Pour les parlementaires comme pour les fédérations syndicales, ce qui devrait justifier une stratégie publique est la nécessaire réussite d’une transition énergétique dans l’intérêt des citoyens et des entreprises, avec comme impératifs :

  • l’accès à une électricité pour tous sur la base d’une équité de traitement,
  • l’indépendance énergétique du pays et la sécurité des approvisionnements,
  • la qualité et la continuité de service ;

afin de contribuer à la lutte contre la précarité énergétique et le réchauffement climatique en France comme en Europe par un report incitatif des usages carbonés vers les énergies bas carbones.

Ce qui est essentiel, c’est qu’EDF puisse continuer à fournir au pays et aux citoyens une électricité garantie à toute période de l’année, pour toutes et tous, à un prix le plus raisonnable possible, et en limitant au maximum les émissions de CO2. Tout cela dans la perspective d’épisodes de crises sanitaires, climatiques, économiques qui seront probablement plus nombreux et qui justifient le caractère de « bien de première nécessité » pour cette énergie.

Au regard de ces priorités pour la Nation, les parlementaires et fédérations syndicales contestent donc le projet gouvernemental de réforme d’EDF.

[…]

Contrairement aux affirmations du gouvernement, « un plan B » est possible. Les parlementaires et les fédérations syndicales s’accordent pour demander un autre projet et dans l’immédiat une série de mesures d’urgence, car le statu quo pour EDF et pour le service public de l’électricité n’est pas envisageable. Il convient donc de poser des mesures immédiates et une nécessaire méthode pour préparer l’avenir.

Lire l’intégralité du communiqué

 

 

CFE Energies

GRATUIT
VOIR