Débat public EPR2 : L’Alliance CFE UNSA Énergies est à la pointe du combat !

Lancé en octobre dernier, le débat public autour du programme du nouveau nucléaire et des EPR2 de Penly, bat son plein. À ce moment crucial pour l’avenir de toute une filière industrielle bas-carbone et de ses salariés, l’Alliance CFE UNSA Énergies est à la pointe du combat pour défendre leur avenir. Elle est donc pleinement engagée dans toutes les séances de ce débat public, en province, en Normandie comme en région parisienne.

Au-delà de sa présence active dans les débats pour y remettre de la rationalité, elle vient de publier son Cahier d’acteurs.

Forte de son expertise au service des salariés, elle a pu présenter sa vision des enjeux économiques du nouveau nucléaire lors d’un séminaire de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) dédié aux questions de coûts, de financement et de régulation. Elle a ainsi rappelé que :

  • Avec les crises que nous connaissons, les décisions de politique énergétique doivent être guidées par les impératifs de souveraineté énergétique, de décarbonation et de sécurité des approvisionnements, ce qui rend un socle de moyens pilotables de production électrique incontournable : le nucléaire y a toute sa place, aujourd’hui et demain,
  • Assurer l’avenir du nucléaire, c’est à la fois prolonger le plus longtemps possible le plus de réacteurs existants possible, et engager, sans plus tarder, leur renouvellement,
  • Puisque l’État, dans ses décisions de régulation et d’actionnaire, a fragilisé les finances d’EDF, EDF n’est plus en mesure de reproduire le schéma de financement mis en place à la construction du parc dans les années 70-80 qu’il a autofinancé.
  • De plus, avec l’ouverture des marchés, EDF n’a plus la visibilité nécessaire sur ses recettes pour s’engager dans un investissement de plus de 50 milliards d’euros. C’est donc l’État qui doit assurer la majeure partie du financement du nouveau nucléaire et bâtir un schéma de régulation qui sécurise les recettes d’EDF avec des contrats de long terme comme le contrat pour différence mis en place pour Hinkley Point,
  • Si l’État doit financer et réguler, il doit pour cela obtenir l’aval de la Commission européenne au nom du régime européen des aides d’État, commission qui semble désormais ouverte aux contrats de long terme. Le Gouvernement doit donc mener et gagner la bataille européenne d’une régulation dédiée au nouveau nucléaire et de son financement public ! C’est tout l’objet de la réforme du marché européen de l’électricité, pour lequel Bruno LE MAIRE dit mettre tout son poids politique.

C’est en conséquence aux résultats que l’on jugera la sincérité du Gouvernement à engager la relance du nucléaire en France, selon le célèbre adage « les actes valent mieux que les discours » ! L’Alliance CFE UNSA Énergies veille au grain et marque le Gouvernement à la culotte pour que les Français disposent durablement d’une énergie bas-carbone, compétitive et garantie, et que les salariés du nucléaire aient un avenir durablement assuré !

Téléchargez le Cahier d’acteurs