Passage de l’hiver

La Ministre de l’Écologie ne doit pas oublier que gouverner, c’est à la fois prévoir et ne pas avoir la mémoire courte !

En annonçant avoir demandé « à EDF de prendre des mesures pour renforcer la sécurité d’alimentation électrique », la Ministre de l’Écologie semble découvrir les fondamentaux du système électrique tout en oubliant ceux d’un marché de l’électricité ouvert à la concurrence. Si gouverner, c’est prévoir, c’est aussi ne pas avoir la mémoire courte !

Alors que la Belgique s’interroge de plus en plus sur les conséquences de la fermeture de ses réacteurs nucléaires sur la sécurité d’alimentation électrique de ses citoyens, la CFE Énergies rappelle à la Ministre, qui semble frappée d’amnésie sélective, que depuis plusieurs années, RTE ne cesse d’alerter sur la réduction des marges du système électrique français lors des passages de l’hiver du fait de la fermeture des moyens pilotables de production d’électricité décidée par le Gouvernement concomitamment à des fermetures similaires chez nos voisins européens.

Dans ce contexte, si la Ministre s’inquiète pour le prochain passage de l’hiver, la CFE Énergies tient à lui rappeler que la décision gouvernementale de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim, qui est autant une hérésie qu’une ineptie climatique doublée d’un scandale industriel, prive aujourd’hui encore le système électrique français de précieuses capacités électriques, mettant ainsi en danger l’alimentation électrique des Français à l’approche de l’hiver.

A cette fermeture scandaleuse et dogmatique sont venus s’ajouter l’arrêt de la centrale du Havre et le plafonnement de la durée de fonctionnement de la centrale de Cordemais imposés par le ministère de l’écologie. La CFE Énergies demande donc à la Ministre d’assumer pleinement les décisions prises durant ce quinquennat, et de faire cesser la folie qui consiste, pour des avatars politiciens, à priver le système électrique national de moyens pilotables de production et de ses marges de sécurité. Puisque gouverner c’est prévoir, la Ministre doit dès à présent suivre les recommandations de RTE en révisant la programmation pluriannuelle de l’énergie pour mettre fin à la perspective de fermer 14 réacteurs nucléaires d’ici à 2035.

Enfin, la CFE Énergies lui rappelle que depuis 2010, les concurrents d’EDF n’ont jamais utilisé leur accès à l’AReNH pour développer la moindre capacité de production électrique, comme la loi NOME le prévoyait pourtant, et restent donc aujourd’hui encore des passagers clandestins de la sécurité d’alimentation électrique des Français. Puisque le CRE a failli dans ses missions de contrôle, les pouvoirs publics doivent aujourd’hui corriger le tir s’ils sont sincères dans leur volonté de protéger les Français.

Enfin, à ne jurer que par les énergies renouvelables, la Ministre ferait bien de méditer le constat qui vient d’être fait en Allemagne : la production renouvelable qui a baissé cette année du fait des conditions météorologiques manque à l’appel du système électrique Outre-Rhin, pour le plus grand bonheur des centrales au charbon.

« Gouverner, c’est prévoir. Ne rien prévoir, ce n’est pas gouverner, c’est courir à sa perte » disait Emile de Girardin. Puisse la Ministre désormais en faire son adage !

Contact presse : Alexandre GRILLAT –

Télécharger le communiqué de presse au format PDF