Les recommandations de la CFE-CGC Énergies pour la transition bas carbone

L’énergie : la clé de notre avenir

Depuis 2012, la CFE-CGC Énergies se saisit de l’année électorale pour livrer ses recommandations en matière de politique énergétique.

2022 déroge d’autant moins à la règle que depuis quelques mois et encore plus quelques semaines, le cours de l’histoire s’accélère, plaçant les questions d’énergie, tout comme celle de la maîtrise de notre destin commun, au cœur des débats et provoquant la prise de conscience que l’énergie implique de faire, sans plus attendre, des choix qui vont engager le pays sur le long terme.

À quelques semaines d’échéances électorales importantes pour les cinq prochaines années et dans un contexte de crise de l’énergie sans précédent, la CFE-CGC Énergies, portant la voix de l’encadrement des Industries Électriques et Gazières, apporte donc sa contribution au débat et fait part de ses recommandations en matière de transition énergétique bas carbone.

Celles-ci s’articulent autour de cinq axes.

La transition énergétique nécessite en premier lieu de donner un cap, par l’instauration d’un cadre de long terme, stable et par la refondation d’un véritable État stratège, porteur d’une vision industrielle.

Au regard des événements qui ont révélé et révèlent encore la fragilité et les dépendances stratégiques de nos économies, elle doit inscrire souveraineté, sécurité d’approvisionnement et souci des biens communs au centre des choix de politique énergétique française et européenne. Cela implique notamment, de remettre l’Europe de l’énergie sur de bons rails, y compris de réinterroger le modèle de marché en vigueur depuis 25 ans.

Le dernier rapport du GIEC, qui sonne comme un terrible avertissement face à un réchauffement climatique qui fait déjà beaucoup trop de dégâts, nous rappelle une nouvelle fois que le temps est compté et que nous devons agir. La transition énergétique doit répondre à l’urgence climatique : non seulement par la décarbonation mais aussi par une politique forte d’économies d’énergie.

Pour y parvenir, cette transition doit s’inscrire dans un grand mouvement de réindustrialisation, clé de la réduction de l’empreinte nationale carbone mais également d’adaptation des infrastructures électriques et gazières, indispensable pour répondre aux évolutions du mix énergétique.

Enfin, elle doit miser sur le développement de filières industrielles pourvoyeuses d’emplois durables et qualifiés et s’engager sur le chemin d’un capitalisme socialement responsable pour que transition énergétique rime avec transition juste.

L’énergie est bel et bien la clé de notre avenir et l’avenir sera ce que nous en ferons.

C’est le sens des recommandations de la CFE-CGC Énergies qu’elle adresse aux décideurs au nom des salariés qu’elle représente !

lire en ligneou