Les eurodéputés français face à la taxonomie

Dans la droite ligne des actions menées tout au long de l’année 2021, la CFE Énergies s’est associée à un courrier de l’intersyndicale CGT, CFE-CGC, CFDT FO adressé le 23 février dernier aux eurodéputés français et leur demandant de soutenir l’acte délégué complémentaire proposé par la Commission européenne et visant à inclure dans la taxonomie européenne le nucléaire et le gaz comme activités durables au titre de la catégorie 10.2 (activités de transition).

En effet, après la proposition faite par la Commission en toute fin d’année dernière et consultation des États-Membres, l’aval du Parlement constitue la dernière ligne droite de ce texte essentiel pour le financement et donc l’avenir du nucléaire et du gaz en Europe. La voix des salariés devait donc être portée auprès des eurodéputés.

Or personne ne peut l’ignorer, le réchauffement climatique représente un danger existentiel pour nos sociétés et pour l’Humanité. Nous avons donc besoin de mettre rapidement en place une transition énergétique qui soit climatiquement efficace, mais également économiquement soutenable et socialement juste. La taxonomie vise à orienter l’ensemble de l’économie et des investissements vers les activités durables nécessaires à la neutralité climatique. La portée de ce texte potentiellement très large ne se limite toutefois pas à l’orientation des investissements privés vers ces activités. Il a vocation à servir de fondement à divers dispositifs européens de régulation comme l’accès aux plans de relance, les écolabels européens, voire le régime des aides d’État qui oriente les financements publics… Il va donc finalement constituer un signal déterminant de notre avenir énergétique.

L’acte délégué complémentaire proposé par la Commission européenne représente un progrès significatif par rapport au premier acte délégué de 2021 qui excluait le gaz et le nucléaire ; il a été obtenu par la mobilisation résolue d’un nombre important d’États-Membres, dont la France, et également des forces syndicales européennes, notamment par l‘envoi de deux courriers à la Présidence de la Commission européenne pour défendre l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie. Dans le cadre de leur action collective, les fédérations syndicales françaises ont quant à elles demandé au Président de la République, à plusieurs reprises au cours de l’année 2021, de se mobiliser pour défendre cette inclusion du nucléaire et du gaz.

L’inclusion de ces deux activités grâce à l’acte délégué complémentaire, basé sur la rationalité scientifique et technique et sur un compromis politique acceptable, renforce son objectif, assure la cohérence avec le Green Deal et lui accorde enfin la crédibilité nécessaire tout en lui permettant d’assurer la traçabilité des investissements. Ainsi complétée , la taxonomie apparaît représenter dans la situation actuelle le meilleur compromis scientifique, politique et pragmatique possible : bon pour le climat, pour l’Europe, la France et les salariés.