La Loi de finances 2023 favorise le développement de l’hydroélectricité en France

La CFE Énergies salue une avancée pour le développement
du parc hydroélectrique français

Lors de la séance du 19 octobre du débat sur la première partie du projet de loi de finances
2023 (PLF), la Première Ministre a engagé, sur le fondement de l’article 49 alinéa 3 de la
Constitution, la responsabilité de son gouvernement.

Dans cette partie du PLF ainsi validée par le 49.3, le Gouvernement a décidé de retenir
l’amendement qu’il avait lui-même déposé et dans lequel il « supprime l’application de la
redevance due lors de toute augmentation de puissance d’une installation hydroélectrique ».

Si la CFE Énergies regrette comme nombre de parlementaires que le Gouvernement ait fait
l’impasse, dans son projet de loi d’accélération des énergies renouvelables, de la première
d’entre elles qu’est l’hydroélectricité, elle salue cet amendement et la décision gouvernementale de le retenir.

La CFE Énergies s’est en effet pleinement investie auprès des parlementaires pour que cet
amendement soit soutenu et finalement retenu parce qu’il favorise le développement de
l’hydroélectricité en France en créant les conditions économiques de l’investissement dans
de nouveaux projets hydroélectriques.

Dans le contexte énergétique plus que tendu que connaissent la France et l’Europe, il est en effet urgent de permettre le développement de nouvelles capacités de production d’électricité qui soient pilotables, mobilisables rapidement et décarbonées via l’activation de ces augmentations de puissance hydroélectriques qui, pour certaines, peuvent être mises en œuvre sans délai ni travaux.

Télécharger le communiqué de presse