Hercule, résultats de la mobilisation dans le Groupe EDF

Quand les salariés réaffirment leur opposition à Hercule, ça donne ça :

36,27 % (taux de grévistes annoncé par EDF SA)

33 % (taux de grévistes Enedis)

 

Malgré des chiffres sans aucun doute sous-estimés sur certains périmètres suite à l’incident PGI-GTA et dans un contexte de crise sanitaire, le résultat est remarquable. Les protagonistes d’Hercule n’auraient sûrement pas parié sur le succès de cette mobilisation. Il va pourtant falloir qu’ils se rendent à l’évidence, les salariés se sont de nouveau exprimés et comme en 2019, Hercule c’est toujours NON !

Des salariés engagés pour leur entreprise
Le motif de cette grève n’était pas traditionnel. Ni revendications salariales, ni combat pour l’emploi et les conditions de travail, les salariés du Groupe EDF se sont engagés aujourd’hui pour montrer leur attachement à un groupe intégré.

Des salariés soucieux des valeurs de service public
Malgré un discours optimiste de la direction, les salariés ont entendu et compris les risques associés au projet Hercule.

Le gouvernement et la commission européenne seraient bien inspirés de revoir intégralement leur copie
Comment imaginer qu’une entreprise complètement désoptimisée pourrait être plus efficiente ? Hercule est une très mauvaise réponse à un problème bien mal posé.

Le combat continue
Forte de ce soutien, l’Alliance CFE UNSA Énergies se sent légitime pour poursuivre ses actions vis-à-vis des décideurs et exiger l’ouverture rapide d’une phase de concertation. Des alternatives existent et se doivent d’être analysées en concertation avec les représentants du corps social.

 

La pétition est toujours disponible : signez-la !

CFE Energies

GRATUIT
VOIR