Appel intersyndical pour le 26 novembre

Le monde de l’énergie est en pleine mutation, l’avenir du secteur énergétique français est menacé.

Sous la contrainte de l’État de manière officielle ou pas, les projets de désorganisations, ou plutôt de destructions sans réel sens politique et sans véritable projet industriel continuent à être orchestrés sous couvert d’une Commission européenne toujours plus libérale en matière du marché de l’énergie.

Les Industries Électriques et Gazières et leurs salariés ont pourtant démontré et démontrent jour après jour leur rôle central au service de la transition énergétique bas carbone de la France et aujourd’hui, au service de la relance économique du pays. L’heure n’est pas au démantèlement de ces entreprises mais bel et bien à leur consolidation, pour le bien commun et l’intérêt général.

Les fédérations syndicales représentatives de la branche des IEG ont pris la décision de coordonner leurs actions afin de stopper cette mort annoncée du service public de l’énergie.

La situation dans le groupe EDF est inédite, le projet « Hercule » prévoit la fin de ce fleuron de notre industrie en tant qu’entreprise intégrée. Nous ne l’acceptons pas. Nous ne l’acceptons pas d’autant qu’EDF a démontré une nouvelle fois son aptitude à rendre service aux Français durant des périodes de crise.

La situation dans le groupe ENGIE est dans le prolongement d’un pareil découpage, en se séparant des « services ». La nouvelle structure du groupe fait peser le risque pour les entités IEG restantes de se faire avaler à la découpe, par des groupes aux appétits féroces et aux moyens conséquents, sans autre finalité que celle d’augmenter leur rentabilité.

L’incertitude continue de planer quant à l’avenir du secteur hydraulique dont certaines entités pourraient ne pas survivre à une éventuelle mise en place inéquitable des « quasi-régies », c’est le cas de la SHEM par exemple.

Pour ces raisons et face à ces attaques sans précédent, la FCE-CFDT, CFE-CGC, FNME-CGT et la FNEM-FO ont fait le choix de s’unir dans une journée d’action le 26 novembre 2020, pour dire NON à Hercule, NON au sacrifice du secteur historique gazier d’ENGIE et NON à une remise en cause du secteur hydraulique.

Les Fédérations syndicales disent OUI à un service public français, au service de l’intérêt des citoyens et de la Nation et qui a fait ses preuves depuis plus de 70 ans.

 

Télécharger le communiqué

CFE Energies

GRATUIT
VOIR