Quel projet pour Enedis ? Acte V

Projet Industriel et Humain, de mal en « PIH » ?

Présenté officiellement le 22 septembre, le Projet Industriel et Humain (PIH) s’inscrit dans la continuité des précédents. Après « Visions d’Énergies », « 2015 Réussir Ensemble », le « Projet Industriel, Social et Sociétal du distributeur » (PINSSO), nous retrouvons tous les 4 ans les mêmes expressions, sans les moyens associés.

Pour l’Alliance, ce qu’il y manque :

Des perspectives d’investissements délibérés

Les investissements délibérés en 2020 ne représentent que 50% du niveau de 1992. Et le renouvellement des colonnes montantes rend nécessaire une hausse encore plus importante.

La mobilisation des recettes du TURPE

Le tarif TURPE permet à Enedis d’investir. Il donne aussi les moyens d’une politique RH ambitieuse. Mais les moyens financiers de notre entreprise régulée sont artificiellement réduits pour remonter plus de profits que de raison à l’actionnaire. Et la crise sanitaire a bon dos pour accentuer les renoncements !

Des effectifs PMT affichés en baisse !

Potentiellement 30 000 salariés en 2035, voire avant car EDF fait pression pour atteindre cette baisse du nombre de salariés dès 2030 !

Pas de quoi faire briller les yeux…

Les belles promesses de ce projet doivent faire place à des actes :

  • la proximité physique avec les clients, avec une maille territoriale intelligente ou efficace,
  • les moyens pour améliorer la satisfaction clients,
  • l’accompagnement dans le traitement de la précarité énergétique,
  • l’octroi de marges de manœuvre aux managers de proximité,
  • l’importance du développement, du maintien et de la résilience du réseau, avec les investissements délibérés associés.

Pour l’Alliance, ce projet pourrait donc rester dans l’incantation.

Téléchargez le document

CFE Energies

GRATUIT
VOIR