Sortons des discours anesthésiants…

d’aucuns veulent la peau d’Enedis !

Pendant que l’entreprise est tournée vers le projet industriel et humain d’Enedis, les ennemis du Service Public national passent de nouveau à l’offensive avec une nouvelle attaque de la péréquation tarifaire !

Le CGEIET, les salariés ne lui disent pas Bercy

Le dernier rapport du Conseil Général de l’Économie de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies recommande la fin de la péréquation, au nom de l’efficacité économique. Sous un habillage de transition énergétique, la mission de Bercy sape le fondement d’Enedis.

La péréquation tarifaire nationale, principe de redistribution entre territoires à forte densité de population et territoires ruraux est le ciment de l’entreprise. Pour les autorités concédantes rurales, c’est LE point qui justifie encore le monopole national issu de 1946. Sans péréquation, l’ouverture des concessions à la concurrence, donc la mort d’Enedis est inéluctable !

À qui profiterait le crime ?

Les premières victimes seraient les consommateurs : les oubliés de la France des campagnes, mais aussi tous les foyers en précarité énergétique, dont le nombre est en train d’exploser avec la crise économique immense dans laquelle la France est plongée.

Les grands gagnants seraient les empires du BTP et de l’eau, voire les multinationales des nouvelles technologies, tous à la recherche de « relais de croissance », et qui hantent les couloirs de la République. Après une ou deux années profitables, les régions, les métropoles et les aventuriers d’hypothétiques communautés énergétiques autarciques seraient eux-aussi « les dindons de la farce ».

Ironiquement, pour Bercy, le mécano financier révoltant nommé « Hercule » serait totalement mis à mal, avec un distributeur dont la valeur serait vaporisée …

Quelle vision pour l’Alliance CFE UNSA Énergies ?

La péréquation tarifaire de l’électricité est un contributeur majeur à l’aménagement du territoire, il a permis de limiter l’exode rural. Après que la France rurale s’est désindustrialisée, Enedis est l’un des derniers symboles de la République dans nos campagnes.

Grâce à la mobilisation de ses salariés, Enedis peut et doit être le fer de lance de la transition énergétique et un accélérateur de la réindustrialisation de la France urbaine, péri-urbaine et rurale.

L’entreprise doit se faire entendre pour faire cesser les attaques scandaleuses.

L’Alliance CFE UNSA Énergies revendique un Service Public à la fois national, qui apporte efficience, innovation et solidarité, et local avec une présence dans tous les territoires pour accompagner la transition énergétique décentralisée et pilotée, au service de la France et des Français.

 

CFE Energies

GRATUIT
VOIR