C’est la relance bas carbone du pays qui doit être l’horizon d’EDF !

Alors que Bruno Le Maire indique que “tout le plan de relance” qui sera présenté en Conseil des ministres fin août visera la décarbonation de l’économie, le groupe EDF vient, quant à lui, d’annoncer un nouveau “ plan de réduction des coûts et de cessions pour compenser les effets de la crise sanitaire ”, dénommé Mimosa. Pour l’Alliance CFE UNSA Énergies, la priorité d’EDF, ce n’est pas de faire un énième plan d’économies pour répondre aux injonctions des marchés financiers, c’est d’abord de répondre présent dans le cadre de la relance bas carbone voulu par le Gouvernement.

En effet, c’est pour faire face à un impact conjoncturel du COVID estimé à 1 Mds€ qu’EDF annonce tout à la fois la cession de 3 Mds€ d’actifs en deux ans et un nouveau plan d’économies destiné à réduire ses charges opérationnelles de 500 M€ entre 2019 et 2022. Si faire des économies peut relever de la bonne gestion, l’Alliance CFE UNSA Énergies considère néanmoins que des cessions précipitées dans un contexte de marché défavorable pourraient conduire à des ventes à perte et qu’exiger un enième plan d’économies reviendrait à nier les efforts que l’entreprise a réalisés durant la crise pour assurer l’alimentation électrique du pays, ce que nombre de décideurs politiques n’ont pas manqué de saluer.

Pour l’Alliance CFE UNSA Énergies, ce nouveau plan d’économies et de cessions, qui succède déjà à un plan de 10 Mds€ de cessions et à de multiples plans de performance financière depuis dix ans, ne régle en rien le problème de structure financière auquel EDF est confrontée et qui limite sa capacité d’investissement. Le plus important, c’est que le groupe EDF soit en capacité d’investir dans le plan de relance et la stratégie bas carbone du pays, c’est donc à ce problème de structure de fonds propres qu’il faut d’urgence remédier.

Si l’horizon d’EDF se réduit à faire des économies et à limiter son endettement comme sa capacité d’investissement, alors le plan Mimosa se révélera un contresens politique majeur à l’heure de l’urgence nationale du plan de relance. Pour l’Alliance CFE UNSA Énergies, la priorité c’est bien de mobiliser EDF et sa capacité d’investissement pour réussir la relance bas carbone du pays !

Investir, c’est préparer dès à présent l’avenir de la filière nucléaire, troisième filière industrielle française et clef d’une décarbonation réussie et compétitive de l’économie française.

Investir, c’est aussi engager la structuration de véritables filières industrielles françaises des énergies renouvelables (EnR) et ainsi sortir de l’asservissement du développement des EnR à des importations au bilan carbone, social et industriel calamiteux.

Investir, c’est tout autant assurer la reconversion bas carbone de la centrale de Cordemais pour assurer la sécurité électrique de l’Ouest de la France.

Investir, c’est aussi assurer le renouveau de la filière hydroélectrique nationale, première des énergies renouvelables bas carbone pilotables, en privilégiant l’investissement à une mise en concurrence dogmatique, anti-industrielle et obsolète face à la priorité désormais donnée en Europe à la neutralité carbone.

Investir, c’est également doter le pays de capacités de production d’hydrogène bas carbone pour réussir la décarbonation de son industrie et de ses transports.

Investir, c’est également moderniser les réseaux électriques, clef de l’integration des énergies renouvelables, et développer la mobilité électrique, clef dans la décarbonation des transports.

Investir, c’est enfin développer et déployer des solutions de services d’efficacité énergetique et d’économies d’énergie pour mieux consommer. 

Pour qu’EDF puisse investir et ainsi assurer la réussite d’un plan de relance visant à décarboner l’économie, l’Alliance CFE UNSA Énergies demande au Gouvernement à la fois de restaurer son modèle économique par la mise en place d’une régulation nucléaire pertinene et cohérente économiquement, mais aussi et surtout de renforcer la structure financière d’EDF par un renforcement immédiat de ses fonds propres.

Pour télécharger le communiqué

 

CFE Energies

GRATUIT
VOIR