Face à un Gouvernement radio-inactif…

Fessenheim attend toujours un véritable avenir industriel.

Alors que le Gouvernement tient un discours anti-industriel en se félicitant de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, le projet de Technocentre apparaît comme une des rares réponses concrètes à la menace de désindustrialisation du bassin économique de Fessenheim. Or non contents d’avoir obtenu l’arrêt de la centrale, les voisins allemands s’opposent également à ce Technocentre. Face à ce scandale, la CFE Énergies dénonce la torpeur industrielle des pouvoirs publics français et leur incapacité à refuser l’injonction de partenaires européens qui, sous couvert d’environnement, défendent leur industrie.

Depuis l’annonce de la fermeture fin 2017, les réunions publiques et déclarations ministérielles se sont enchaînées. Mais aucun projet concret de revitalisation industrielle du territoire n’a à ce jour été acté. Après la décision de Tesla d’installer son usine de batteries à Berlin, preuve en est à nouveau faite, puisque ce n’est qu’en janvier 2020 qu’une Société d’Économie Mixte franco-allemande a vu le jour. Las, pour le moment il ne s’agit que d’une coquille vide… à laquelle les salariés ne croient plus.

C’est dans ce contexte qu’EDF a proposé la construction d’un Technocentre, unité de valorisation de gros composants métalliques issus essentiellement de la déconstruction de centrales nucléaires qui pourrait employer près de 150 personnes. Ce projet, en offrant des emplois à des salariés compétents et formés au nucléaire, constituerait un véritable projet de reconversion industrielle.

[…]

Contact presse : Alexandre GRILLAT – alexandre.grillat@cfe-energies.com

CFE Energies

GRATUIT
VOIR