Réussir l’ambition du Green Deal…

c’est passer de la vision holistique à une action climatique, industrielle et sociale qui vise juste !

Après la décision de la Banque Européenne d’Investissement, future banque du climat, de mettre fin au financement des énergies fossiles, la Commission européenne place, avec ce Green Deal, son action sous le signe du climat, en faisant de la neutralité climatique pour 2050 sa boussole stratégique, stratégie soutenue par le Conseil européen lors de sa séance du 12 décembre. 

Au moment où les décideurs mondiaux se sont montrés à Madrid incapables d’être à la hauteur de l’urgence climatique, l’Europe montre là une ambition que la CFE Énergies lui demandait d’avoir et qu’elle salue. Ce Green Deal doit permettre à l’Europe d’assumer un leadership climatique alors que la Chine augmente ses émissions de CO2 et que l’Amérique officialise sa sortie de l’Accord de Paris.

Décarboner les secteurs du bâtiment et des transports, réhausser l’objectif de réduction des émissions de CO2, investir 1000 Mds€ d’ici 2030 et soutenir un investissement massif dans l’innovation… l’Europe montre la voie. Ce dont elle a désormais besoin, c’est de leviers d’actions concrets au plan social et industriel et de financements publics aujourd’hui loin d’être assurés. Tout reste à construire avec ce Green Deal qui ne fait pour l’instant que fixer le cap !

La CFE Énergies salue la création d’un fonds de transition juste doté de 100 Mds€ à la mesure des impacts sociaux de la transition énergétique. Celui-ci ne doit cependant pas se limiter à accompagner les régions les plus impactées, mais aussi assurer les transitions professionnelles de tous les salariés concernés par la transition bas carbone. Cette ambition sociale doit en outre être doublée d’une politique industrielle bas carbone qui, au-delà de l’innovation, développe des chaînes de valeur stratégiques créant des emplois qualifiés pour les salariés européens et utiles à la transition.

[…]

 

CFE Energies

GRATUIT
VOIR