En marche vers la neutralité carbone mais à quel prix et surtout pas tout seul !

Alors que la COP 24 bat son plein, le Gouvernement vient de publier sa nouvelle stratégie nationale bas carbone. Si elle soutient l’objectif d’une neutralité carbone à l’horizon 2050, la CFE Énergies rappelle que cet objectif ne doit pas être atteint à n’importe quel prix et que cette transition climatique ne réussira que si elle est accompagnée, juste socialement et acceptable économiquement. La France ne doit pas non plus faire cavalier seul, en s’inscrivant a minima dans un cadre européen !

Avec la nouvelle stratégie nationale bas carbone (SNBC) que le Gouvernement vient de rendre publique, la France vise la neutralité carbone à l’horizon 2050. Cette ambition est dans le droit fil de l’engagement français en faveur de la lutte contre le changement climatique.

Pour l’Alliance CFE UNSA Énergies, c’est là un objectif très ambitieux pour un pays qui a pourtant déjà fait la preuve de son engagement climatique. Nul ne conteste que la France soit l’un des moins carbonés des pays développés : les émissions par unité de PIB de la France sont parmi les plus faibles du monde, ce qui était déjà observé depuis 1990.

En outre, cette ambition de neutralité carbone à 2050 constitue un véritable défi pour le pays. Diviser par 8 les émissions de CO2 alors qu’on visait en 2015 une division par 4 avec la loi sur la transition énergétique, cela nécessitera d’énormes efforts d’efficacité énergétique voire même de sobriété, des investissements massifs et une transformation profonde de nos modes de production et de consommation.

En rehaussant son ambition en faveur d’une neutralité carbone en 2050, le Gouvernement cherche certes à renforcer le leadership politique de la France dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris, mais il ne peut ignorer que les enjeux climatiques sont à la fois mondiaux mais aussi étroitement liés à notre consommation.
[…]
CFE Energies

GRATUIT
VOIR