Après la mobilisation massive du 13 mars, les hydrauliciens restent mobilisés

Les hydrauliciens de la DPIH se sont massivement mobilisés à l’appel de l’Intersyndicale le 13 mars 2018, à travers un taux national de grève record de près de 72 % et une présence à Strasbourg devant le Parlement Européen. 

La mobilisation doit rester forte car la mise en demeure de la Commission Européenne à l’État français est juridiquement contestable.

En effet, la position dominante d’EDF n’est plus d’actualité, au vu du nombre de clients perdus par EDF sur le marché des clients résidentiels (environ 100 000 clients par mois), de la réalité de l’ouverture du marché sur les autres segments de clientèle et de la mise à disposition des concurrents d’EDF de 25 % de la production nucléaire française en deçà des coûts de production.
Par ailleurs, aucune réciprocité n’existe avec les autres états européens dans cette concurrence de l’hydraulique. La demande de la Communauté Européenne a un caractère unilatéral envers la France et ceci n’est pas acceptable !
Enfin, dans le projet gouvernemental, les barrages seraient ouverts à la concurrence, et EDF serait écartée de certains d’entre eux même si son dossier est le meilleur !

La CFE Energies appelle à poursuivre la mobilisation, auprès des élus locaux, des parlementaires et sénateurs français, auprès des députés européens, et sur de nouvelles actions communes.