Pour la CFE Énergies c’est brader des biens communs

Ni capitulation, ni trahison, ni tragédie des biens communs… le Gouvernement ne doit pas sacrifier le patrimoine hydroélectrique du pays au nom de la concurrence

Lors de la rencontre intersyndicale avec les cabinets d’Édouard PHILIPPE et de Nicolas HULOT, la CFE Énergies s’est opposée à l’approche retenue par le Gouvernement consistant à accélérer la mise en concurrence des concessions hydrauliques.

En s’engageant dans une voie qui va à l’encontre des discussions menées jusqu’ici avec les syndicats, le Gouvernement fait le choix de malmener le dialogue et la concertation qui avaient prévalu jusqu’à présent. Pour éviter de tourner le dos aux missions de service public portées par les ouvrages hydroélectriques, il doit d’urgence changer d’approche pour éviter de précipiter le pays dans la tragédie des biens communs.

Pour la CFE Énergies, il n’y a aucune urgence à se précipiter à répondre aux injonctions concurrentielles des services de la Commission. Au contraire, à un an des élections européennes, la priorité, c’est de tirer les leçons du Brexit et des autres crises politiques que l’Europe connaît depuis quelques années. Il faut donner envie aux citoyens européens de faire confiance à l’Europe et ce n’est pas en résumant le projet européen à la concurrence aveugle que les décideurs y parviendront.

Lire l’article entier

CFE Energies

GRATUIT
VOIR