Entre financiarisation et court-termisme, quelle ambition sociale ?

Déclaration unanime et solidaire du comité d’entreprise européen

Partout dans le groupe, les salariés subissent une perte de pouvoir d’achat,  des réductions d’effectifs, l’externalisation voire la délocalisation des activités, en plus de la dégradation de leurs conditions de travail.  Ils voient même apparaître la pratique d’un management par la peur. Le nouveau dogme est de « faire toujours plus avec toujours moins ». Cela conduit à l’augmentation des arrêts de travail et des cas d’épuisement professionnel.

Au lieu de créer un esprit de groupe, les managements locaux justifient auprès des salariés, les plans d’économies drastiques par la nécessité de trouver des financements pour un projet phare dans un autre pays ou rejettent la responsabilité des nouvelles contraintes sur les décisions de la direction du groupe.

[…]  Aujourd’hui les salariés sont considérés non plus comme une ressource, mais comme un coût, voire comme une variable d’ajustement financière.

[…] Un dialogue social transparent et audacieux et une responsabilité sociale renforcée permettront au groupe EDF d’affronter le présent et de préparer l’avenir.

Lire l’article complet

CFE Energies

GRATUIT
VOIR