Des journées riches en débats

Tout au long des 2ème et 3ème journées, ateliers et conférences-débats se sont succédés. De l’échec de la libéralisation du secteur de l’énergie, à la refondation d’une politique énergétique européenne, en passant par la construction de filières industrielles,  ou bien encore les conséquences des évolutions réglementaires, sociétales, numériques sur l’activité syndicale, le management au sein d’une fédération syndicale, les ateliers de travail ont été riches de réflexions, d’échanges et de propositions constructives.

Des conférences-débats sont venues enrichir les réflexions.

L’impact du numérique : entre tsunami et métamorphose, quels chemins vers de nouveaux modèles économiques et sociaux ? Michel Héry, Responsable du Service Prospectives à l’Institut National de Recherche et de Sécurité, a présenté les conséquences de la robotisation sur l’emploi, les métiers, les revenus et la santé au travail. Il a ensuite répondu aux questions de la salle.

Quelle démocratie sociale demain ? A l’heure où le gouvernement d’apprête à réformer de nouveau le code du travail, Maître Cédric Jacquelet et Maître Rudy Ouakrat,  ont débattu de la définition même de démocratie sociale, de la décentralisation au niveau de l’entreprise de la négociation collective mais aussi du rôle de la branche, “police sociale de la concurrence”, du référendum, du rôle et de la formation des représentants des salariés. Vision employeurs et vision salariés se sont affrontées durant 45 min. La vivacité et la densité des échanges ont démontré le vif intérêt suscité par le sujet auprès des congressistes ainsi que les inquiétudes liées au projet du gouvernement.

CFE Energies

GRATUIT
VOIR