Fermeture de la centrale de Fessenheim : la CFE Energies, plus que jamais opposée à ce projet !

Avec la convocation unilatérale du Comité Central d’Entreprise d’EDF, le Gouvernement espère franchir une nouvelle étape vers la fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim. La CFE Energies s’oppose plus que jamais à un projet qui est autant une aberration économique et climatique qu’une hérésie industrielle et sociale. Où est donc la cohérence d’un Gouvernement qui se gargarise dans le même temps de refonder la filière nucléaire ?

Depuis que le Président de la République en a fait l’annonce en septembre 2012, la CFE Energies n’a eu de cesse de dénoncer le projet de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim qui ne s’appuie sur aucun argument recevable, qu’il soit industriel, économique, social ou environnemental.

Après la ratification de l’accord de Paris par les Etats-Unis et la Chine, la France ne peut plus se permettre le double discours. Si l’engagement du chef de l’Etat dans le combat climatique est sincère, alors rien ne justifie la fermeture anticipée d’une centrale nucléaire, moyen de production électrique non émetteur de CO2, au risque d’augmenter les importations d’une électricité venant d’Allemagne et produite à partir de charbon et de lignite, les énergies fossiles les plus carbonées !

Atout climatique, sécurité et compétitivité énergétiques, politique industrielle… la CFE Energies est convaincue que le nucléaire est une énergie d’avenir et qu’il doit continuer d’occuper une place centrale dans le mix énergétique français. Le Gouvernement le reconnaît d’ailleurs lui-même avec sa programmation pluriannuelle de l’énergie qui repose sur la complémentarité entre le nucléaire et les énergies renouvelables. La fermeture anticipée de Fessenheim est que plus que jamais incohérente.

Lire l'intégralité du communiqué :

bouton_telecharger_pdf

 

 

CFE Energies

GRATUIT
VOIR