Ouverture du capital de RTE : RTE doit rester à 100% détenu par la Nation

Avec le processus de vente de RTE et les schémas de holding aujourd’hui sur la table, EDF et Bercy ont engagé l’ouverture du capital de RTE à des acteurs privés. Projet industriel, propriété 100% publique de RTE… aucun des prérequis de la CFE Energies n’est respecté dans une opération strictement financière. La CFE Énergies se mobilise donc pour défendre l’industrie française et préserver des infrastructures de souveraineté nationale d’un bradage et d’une livraison à des acteurs étrangers !

Confrontés à une équation financière rendue intenable par le financement du projet nucléaire d’Hinkley Point, EDF et le Gouvernement ont décidé de l’ouverture du capital de RTE dans des modalités qui n’ont pour but que de maximiser le produit de cette vente et de limiter le montant des recapitalisations promises à EDF et à AREVA. La création d’une holding détenue majoritairement par le secteur public mais ouverte au privé permet de solliciter plusieurs acquéreurs potentiels, dont des fonds privés et des acteurs étrangers, dans le seul but de faire monter les prix.

Il n’y a dans cette opération ni logique industrielle ni respect de la Constitution qui stipule pourtant que les infrastructures essentielles qui sont service public national comme l’est RTE doivent rester propriété exclusive de la Nation. Pour la CFE Energies, c’est aussi inacceptable qu’irresponsable !

 

Lire et télécharger l'intégralité du communiqué de presse :

bouton_telecharger_pdf

CFE Energies

GRATUIT
VOIR