La CRE veut taxer les consommateurs de 30 millions d’euros au profit de Direct Énergie !

La CRE veut instaurer une redevance de 0,25 % sur le tarif d’utilisation des réseaux pour couvrir les surcoûts de certains fournisseurs. 30 millions d’euros tomberaient dans les caisses de Direct Énergie. Et, bien sûr, aux frais des consommateurs !

Dans sa consultation publique du 3 mai sur l’évolution au 1er août 2016 des tarifs d’utilisation des réseaux publics d’électricité, la CRE envisage de «  prendre en compte ces surcoûts liés aux contrats de prestations de services pour la gestion des clients en contrat unique, en introduisant une composante d’évolution spécifique évaluée à + 0,25 % pour le mouvement tarifaire 2016.  »

Selon une dépêche AFP du 10 mai 2016, cela représente 30 millions d’euros pour Direct Énergie : « Direct Énergie enregistre un bon début d'année et va revoir à la hausse ses objectifs ». Une des raisons invoquées est « la forte activité du premier trimestre, associée à l'accord sur l'extension du contrat de prestation pour une année avec le gestionnaire du réseau français de distribution d'électricité ERDF, laquelle aura un impact positif de 30 millions d'euros sur le résultat opérationnel courant de 2016 ».

Et qui paiera l’addition ? Les consommateurs, qui se verront immanquablement répercuter les surcoûts d’accès au réseau par leur fournisseur d’électricité.

La CFE et l’UNSA Énergies dénoncent ces dérives inacceptables. L’ouverture du marché était censée apporter des gains aux consommateurs : nous voyons que ce n’est pas le cas. Et quand un fournisseur est incapable de maîtriser ses coûts de gestion, on évoque une « absence d’effet d’échelle » pour lui verser une subvention financée par l’ensemble des consommateurs.

La CFE et l’UNSA Énergies demandent à la CRE de revoir sa copie de toute urgence. L’intérêt général des consommateurs doit primer sur toute autre considération.

Lire l'intégralité de l'article :

bouton_telecharger_pdf

 

 

 

 

 

 

 

CFE Energies

GRATUIT
VOIR